Un escalier

par Etienne le 16-11-2007
Rendu sous 3DsMaX
Rendu sous 3DsMaX
Escalier peint
Escalier peint

1- Introduction

Ce travail est le fruit d’une rencontre avec un compagnon serrurier à l’occasion d’un stage au cours de mon année dans la Fondation de Coubertin. Ce stage, qui avait pour thème « la fabrication et la conception des limons caissonés », nous a amené à nous poser quelques questions dont le problème des développés de tôle sur les flasques supérieures et inférieures d’un limon.

Ce sujet m’a particulièrement intéressé, en effet, toutes les techniques que nous avons actuellement pour réaliser ces développés, à part pour l’escalier hélicoïdal, sont empiriques même si elles sont relativement fiables.

J’ai donc essayé de rechercher des techniques pour développer ce type de surface. L’application concrète de ma recherche se trouve dans mon travail de réception.

Je vais présenter dans la première partie les techniques utilisées pour obtenir les développés des flasques des limons et ensuite, en deuxième partie, la fabrication de mon travail de réception.

2- Étude des déformations de surfaces simples

Avant d’étudier le développement, il faut d’abord déterminer le nombre de déformations différentes que l’on peut appliquer à la matière. On peut dire qu’il existe deux déformations :

- la traction, c’est l’action d’étirer, d’allonger.

- la compression, c’est l’action de refouler, de presser.

Toutes les autres déformations sont des combinaisons des deux précédentes. A partir de cette constatation nous allons pouvoir déterminer les déformations que nous pouvons appliquer à la matière et plus particulièrement aux surfaces. Une surface n’a pas d’épaisseur donc nous allons prendre pour référence les deux axes principaux XX’ et YY’ se situant dans le même plan que cette surface.

Surface plane
Surface plane

Les deux déformations que l’on peut appliquer à partir de ses axes sur cette tôle sont le pliage et la torsion.

Un pliage ou cintrage c’est la rotation de deux côtés opposés autour de l’axe parallèle à ces même côtés. Sur l’image suivante, la rotation a été effectuée autour de l’axe X’X.

Pliage
Pliage

Si on considère que la surface n’a pas d’épaisseur, on peut dire qu’elle n’a subit aucune contrainte, ni d’allongement ni de compression. On a simplement créé deux plans à partir d’un seul. Le développé ne pose pas de problème, on effectue l’action inverse à celle que nous avons utilisée pour le formage, nous retrouvons donc la surface initiale.

Une torsion est le résultat de la rotation de deux côtés opposés autour de l’axe perpendiculaire à ces mêmes côtés. Dans l’exemple suivant, les côtés ont effectué une rotation autour de l’axe Y’Y.

Torsion
Torsion

Dans le cas d’une torsion, on crée un allongement des côtés parallèles à l’axe de rotation ici Y’Y. Le développement est aussi simple que dans le cas précédent. Après avoir effectué la rotation inverse pour ramener les deux cotés dans le même plan, on retrouve également notre surface initiale.

Nous avons maintenant déterminé deux déformations possibles sur une surface et également leurs développés. A partir, de ces hypothèses, les surfaces plus complexes seront divisées en éléments plus simples tel que des quadrilatères ou des triangles.

3- Etude des développements de surfaces complexes

Surface complexe - Vue de Dessus
Surface complexe - Vue de Dessus

Nous allons prendre pour exemple une surface gauche relativement simple réalisable à l’atelier.

Surface complexe - Vue Perspective 1
Surface complexe - Vue Perspective 1
Surface complexe - Vue Perspective 2
Surface complexe - Vue Perspective 2

Le but de l’opération sera de diviser cette surface en éléments les plus petits possibles. Chaque élément sera alors développé individuellement puis ré-assemblé pour former la surface développée.

Le compromis se trouve entre le nombre d’éléments et la précision que l’on veut obtenir. Plus la surface sera divisée en éléments plus petits, plus la précision sera importante. Mais plus le nombre d’élément est important, plus le temps de développement est important.

On peut tout de même remarquer la répétitivité de la tâche. On peut donc admettre qu’un ordinateur pourrait réaliser ses calculs plus rapidement et plus précisément qu’un homme.

Surface divisée
Surface divisée

Sur cet exemple la taille de l’élément est encore trop importante. Si la dimension de l’élément devient assez petite, on peut considérer que les cotés intérieur et extérieur deviennent pratiquement droit. Comme les cotés peuvent se confondre avec une droite, on va simplifier la forme de chaque élément en remplaçant les cotés courbes par des segments.

Element non-simplifié
Element non-simplifié
Element simplifié
Element simplifié

Une fois simplifiée la surface sera développée en effectuant une rotation autour de l’axe Y’Y des cotés perpendiculaires à ce même axe pour les amener dans le même plan.

Vue de face avant le développement
Vue de face avant le développement
Vue de face après développement
Vue de face après développement

Après avoir effectué cette opération sur chaque élément, il faut les assembler suivant l’ordre dans lequel ils ont été découpés.

Les éléments développés et assemblés
Les éléments développés et assemblés

Pour conclure, cette technique ne peut être utilisée que dans certaines conditions. En effet, on tient compte d’un allongement des bords de la surface au cours de la torsade.

Cet allongement n’est possible que si le rapport entre l’épaisseur de la tôle et la largeur sur laquelle on effectue cette torsade se rapproche de 1, une largeur est aussi importante que l’épaisseur.

On peut remarquer qu’il est pratiquement impossible de torsader une tôle d’un mètre de large ayant une épaisseur de quatre ou cinq millimètres (rapport de 200 environ entre l’épaisseur et la largeur), mais au contraire un carré (rapport de 1 entre les cotés) ayant la même surface de section sera très simple à former.

Le développé de ses surfaces larges et peu épaisses ne prendra donc pas en compte de déformation sur la largeur de la bande tel l’allongement. On pourra utiliser la division en éléments triangulaires ou essayer de trouver une division de la surface par des plans n’étant pas gauche

Pour les développés de mon escalier, les largeurs étant relativement faibles, au maximum 300 mm pour une épaisseur de 4 mm, je n’ai utilisé que la première méthode.

4- Etude et fabrication d’un escalier balancé

4.1- Le projet :

Pour commencer, j’ai recherché un ouvrage pouvant servir à l’application de la technique précédemment décrite. Je pense que l’escalier s’est bien prêté à l’exercice de part la liberté que l’on peut avoir dans la définition de sa forme et de sa conception. La recherche des formes s’est faite sur papier puis par ordinateur. Les sections ont été définies d’un seul point de vue esthétique, la difficulté n’a été déterminée que dans un second temps.

Sections de principe des limons
Sections de principe des limons

Tout l’intérêt de cette forme est dans l’illusion de torsade qu’elle engendre quand elle a la forme d’une spire. La forme générale des limons est difficile à lire tant que les sections ne sont pas clairement dessinées, cela induit l’œil en erreur sur le nombre de faces et donc de sa forme.

Limon intérieur avec les entailles des marches
Limon intérieur avec les entailles des marches
Limon extérieur ajouré avec les goussets visibles
Limon extérieur ajouré avec les goussets visibles

Je suis donc parti dans le but de fabriquer un seul limon d’escalier. Après quelques réunions il a été décidé de fabriquer un escalier balancé à limon double. La forme générale du limon fut unanimement acceptée.

La spécificité de cet escalier tient dans sa forme générale, il ne contient aucune courbe rayonnante. C’est-à-dire que toutes les courbes que j’ai dessinées par ordinateur ne peuvent pas être tracées avec les outils traditionnels tel le compas et la règle. Ce type de courbe peut être comparé à la forme que l’on obtient en cintrant une fine lame rigide de métal, elle prend une courbe harmonieuse sans toutefois avoir de forme géométrique bien défini. On les appelle les courbes NURBS, Non-Uniform-Rational-Bézier-Spline du nom de l’ingénieur Renault français M. Bézier qui les utilisa pour la première fois. Le travail de ses courbes n’est possible que par ordinateur.

Vue de dessus de l'escalier
Vue de dessus de l’escalier

Le limon extérieur sera ajouré et peint anti-rouille pour présenter la conception. L’assemblage des flasques sur les goussets se fera par vis pour éviter les déformations que la soudure engendrerait. Le limon intérieur sera entièrement soudé puis laqué.
Les marches seront réalisées en plat simplement pour les symboliser, le but étant de garder un ouvrage d’apparence légère. Un socle est réalisé pour la présentation de la maquette. Un large plat périphérique permet d’arrêter le remplissage en panneau de particule bois. Des pieds réglables permettront de stabiliser l’escalier correctement.
Les deux limons seront reliés en partie haute par un UPN pour symboliser le palier et ainsi permettre de ne pas utiliser de jambe de force pour retenir le limon extérieur. Tout le poids sera reporté sur le limon intérieur.
Les dimensions de la maquette sont de 2500x1500mm pour une hauteur de 1800mm, c’est un escalier à l’échelle 1/2.

Vue de lescalier entièrement modélisé
Vue de lescalier entièrement modélisé

4.2- Le dessin :

A partir du moment où le travail a été clairement défini, il m’a fallu environ un mois pour réaliser l’étude et le dessin, 140 heures devant un écran d’ordinateur.

J’ai pu réaliser l’étude sur un logiciel de dessins 3D surfacique, Rhino 3D. Ce logiciel est spécialisé dans le traçage de courbes et surfaces NURBS. Les courbes NURBS sont réalisées à partir d’équations assez simples dont les déformations sont proches des courbes organiques. Elles peuvent également servir à modéliser assez fidèlement les déformations du métal. Chaque pièce a été dessinée en volume. A partir de la modélisation, j’ai pu présenter des images de synthèse pour imaginer l’allure de l’ouvrage fini.

L'image de synthèse du premier projet
L’image de synthèse du premier projet
Détail du départ du limon extérieur
Détail du départ du limon extérieur

La modélisation volumique permet de présenter la vue d’un ouvrage fini avec les avantages et les inconvénients que cela apporte. La présentation d’une telle image impose une réalisation de même qualité que celle-ci, ce qui devient parfois compliqué car l’ordinateur permet de tout concevoir, même ce qui est irréalisable. Les connaissances techniques sont donc indispensables pour la maîtrise complète de la modélisation volumique.

Pour exemple, cette modélisation comportait des marches en verre et des limons en acier inoxydable. Pour une question de budget tout a été remplacé par de l’acier, beaucoup moins onéreux.

Rendu sous 3DsMaX
Rendu sous 3DsMaX

L’utilisation de ce logiciel est relativement simple puisqu’il est basé sur le même concept d’un logiciel bien connu du bâtiment AUTO CAD. L’apprentissage des nouveaux outils de dessin présents dans ce logiciel se fit pendant les premiers mois de mon année passée à Muizon. Je pus ainsi présenter une image assez proche de la maquette que je voulais réaliser.

4.3- La conception et fabrication :

La conception est assez simple, les flasques des limons seront réalisés en tôle d’acier doux d’épaisseur 4mm, les goussets en épaisseur 6 mm et les renforts de marche du limon intérieur en tôle d’épaisseur 2 mm. Le dessin par ordinateur m’a permis d’imprimer et de coller le débit entier sur les tôles que j’avais à découper à la scie à ruban.

J’ai commencé le débit dans l’atelier du Compagnon Prieur la semaine du week-end de Pâques au mois d’avril 2004. Il m’a fallu trois jours complets pour débiter à la scie à ruban 18 flasques en tôle de 4 mm, 44 goussets en tôle de 6 mm, autant de support de limon en tôle de 2 mm pour les gabarits de montage et 72 renforts de marche en tôle de 2 mm.

Une flasque débitée en cours de finition des chants
Une flasque débitée en cours de finition des chants

Le week-end de Pâques, j’ai pu commencer le montage du gabarit pour le limon intérieur.

J’ai chevillé trois tôles de 4 mm au sol, elles me serviront d’épure. J’ai ensuite collé sur ses tôles la vue en plan avec la position des montants de la cage qui me servira à débillarder les flasques des limons. Après avoir débité, tracé et repéré chaque montant je les ai pointés verticalement sur la tôle d’épure pour y fixer les supports de flasque qui me serviront à débillarder les flans du limon.

J’ai rigidifié la cage avec des diagonales et j’ai pu commencer à débillarder les tôles du limon intérieur.

4.4- Fabrication du limon intérieur :

Montage du gabarit et des supports de flasque
Montage du gabarit et des supports de flasque

La bande de tôle horizontale à la base de la cage sert de référence de hauteur

Pour débillarder des tôles il m’a fallu inventer un outil me permettant d’appliquer une force égale sur les deux côtés de la flasque pour obtenir une torsade régulière. J’ai donc réalisé une griffe à partir de deux cornières. Elles sont reliées entre elles par un axe libre permettant de passer la flasque entre les deux. Une pince étaux permet de fixer la griffe sur la flasque. Cela me permet également de répartir la force sur toute la largeur de la tôle.

Griffe de débillardage
Griffe de débillardage
La première flasque assemblée
La première flasque assemblée

L’intégration de ses renforts dans le limon fut un réel problème. Les entailles des marches dans le limon ont été réalisées après la soudure complète du limon. Les renforts n’étaient donc plus visibles mais ils avaient été repérés au préalable sur les flasques. Les entailles au disque à tronçonné mon prit beaucoup plus de temps que je ne l’avais prévu. Environ 35 heures pour 8 heures estimées.

Les renforts de marche
Les renforts de marche
La première flasque en position
La première flasque en position
Assemblage et positionnement des goussets et des renforts de marche au niveau laser
Assemblage et positionnement des goussets et des renforts de marche au niveau laser

Le positionnement des goussets fut aisé puisqu’ils s’alignent avec les supports de flasque. J’ai fait un petit montage pour les souder verticalement puis j’ai encastré les renforts de marche dans les entailles prévues à cet effet dans les goussets. Après soudure, j’ai put reprendre le débillardage des deux autres flasques supérieurs. Je les aie ensuite montées sur les goussets pour fermer complètement le limon.

Le limon entièrement fermé
Le limon entièrement fermé
Le limon entièrement fermé
Le limon entièrement fermé
Le limon intérieur terminé
Le limon intérieur terminé

La finition du limon fut assez longue, environ 60 heures de ponçage au disque fibre. J’ai repris les arêtes à la lime fraise pour obtenir une meilleure finition.

Pour réaliser les entailles des marches, j’ai commencé par découper la tôle au disque à tronçonner, mais la forme du limon ne m’a pas permis d’utiliser les outils électriques pour la finition. J’ai donc ajusté les bords des flasques sur les renforts des marches à la lime et au bédane pour les endroits inaccessibles. La finition fut très satisfaisante mais le temps passé fut également très long, il m’a fallu environ 35 heures pour ajuster toutes les entailles.

4.5- Fabrication du limon extérieur :

Le limon extérieur
Le limon extérieur

Toute la particularité du limon extérieur tient dans son esthétique. Les parties ajourées permettent de voir l’intérieur du limon et donc sa conception. On peut également voir, en suivant la forme des goussets, la progression de la section du limon. La fabrication diffère également par son mode d’assemblage. En effet, pour pouvoir peindre l’intérieur du limon il me fallait la possibilité de démonter au minimum deux flasques. J’ai donc décidé d’assembler les deux flasques supérieurs par des vis sur les goussets.

Le montage de la cage du limon extérieur fut similaire à celui du limon intérieur. Après avoir débillardé les flasques inférieurs, je les ai fixées sur la cage avec des points de soudure. J’ai assemblé les goussets sur les deux flasques par de petits cordons de soudure réalisée à l’électrode enrobée. J’ai pu ensuite terminer le débillardage des deux flasques supérieurs.

La fixation par vis fut plus rapide que je ne l’espérais. Les goussets ayants une épaisseur de 6mm, j’ai dû employer des vis TFHC M4. J’ai percé les trous à la perceuse portative puis je les ai taraudés. Les vis apportent un aspect mécanique très intéressant à l’ouvrage.

Raccord sur le palier vissé
Raccord sur le palier vissé
Raccord sur le palier vissé
Raccord sur le palier vissé
Le limon extérieur terminé
Le limon extérieur terminé

Après avoir terminé le limon extérieur, j’ai pu commencer à fabriquer le socle.

Les deux limons terminés et stockés
Les deux limons terminés et stockés

4.6- Fabrication du socle de l’escalier :

Le socle se compose d’une structure assez simple en tube construction 40x40mm. Une ceinture en plat de 60x10mm sert à arrêter le panneau de particule bois utilisé comme remplissage.

Une fois le débit des tubes réalisé, j’ai formé la ceinture en plat de 60x10 au marteau. Comme pour l’épure de l’escalier, j’ai imprimé le plan du socle à l’échelle 1.

Le socle
Le socle
Formage de la ceinture
Formage de la ceinture
Assemblage de la ceinture
Assemblage de la ceinture
La structure
La structure

La structure mécano-soudé a été réalisée directement sur le plan à l’échelle 1. J’ai pu souder à l’électrode enrobée pour minimiser les déformations. L’assemblage de la ceinture a permis de rigidifier le tout. J’ai ensuite soudé les platines de support des limons par rapport au plan. Pour la découpe du panneau de particule bois, j’ai fait appel à un menuisier qui m’a conseillé quant à la marche à suivre pour le réaliser correctement. Les deux entailles dans le panneau permettent de cacher la platine de fixation des limons.

Détail d'un angle
Détail d’un angle

4.7- Fabrication des marches :

Les marches sont réalisées en plat de 20x10mm, elles n’ont qu’une fonction esthétique mais apportent un peu de rigidité dans l’ouvrage.

La partie intérieure de la marche est encastrée dans le limon. La liaison entre la marche et le limon extérieur se fait par un rond de diamètre 10 soudé sur la marche et vissé sur le limon

Le perçage des flasques extérieurs pour accueillir les marches à été réalisé après le montage complet de l’ensemble. Les marches ont été placées à la bonne hauteur puis contre percé.

Encastrement intérieur
Encastrement intérieur
Assemblage vissé extérieur
Assemblage vissé extérieur

4.8- Montage de l’ensemble complet :

Les limons sont fixés sur le socle par 6 vis M16. Un système de réglage permet d’ajuster la verticalité des limons en modifiant la position des vis.

L'ouvrage préassemblé
L’ouvrage préassemblé

La barre de renfort au niveau du palier permet de soutenir le limon extérieur, elle est également vissée pour pouvoir avoir un réglage sur l’arrivée de palier du limon extérieur.
La réalisation de la pièce a durée 750 heures étude comprise pour un budget total de 500 euros.

L'escalier terminé
L’escalier terminé
L'escalier terminé
L’escalier terminé

5- Conclusion et remerciements

Nous étions quatre postulants dans l’atelier du siège de Muizon. La correction s’est passée le jeudi 19 août 2004. La bonne entente entre nous à permis à chacun de finir sa pièce dans les temps et correctement avec le plaisir d’avoir passé un bon moment ensemble.

C’est un moment important ou l’on peut apprécier la fraternité chez les compagnons. C’est une expérience à vivre pleinement. Elle amène à l’humilité devant l’ouvrage et prend tout son sens dans l’entraide entre les hommes face à la difficulté.

De l’étude et jusqu’à la fabrication, il y a toujours eu un compagnon, un aspirant, sédentaire ou itinérant pour nous soutenir moralement et techniquement dans notre travail.
Tout au long du travail, les compagnons nous aidé à réfléchir sur notre engagement et sur le but de la réception pour mieux vivre le travail de réception.

Je remercie les compagnons Prieur et Dolori pour m’avoir soutenu dans mon travail de réception et dans l’entreprise.

Je remercie également tous les compagnons présents à la correction des travaux de réception pour avoir pris du temps pendant leurs vacances.

Je remercie le compagnon Gerling, mon parrain de réception pour le soutient moral qu’il m’a apporté mêmes s’il était un peu loin.

Et je remercie le compagnon maître du stage forge pour avoir été présent à l’atelier tout au long du travail de réception.

6- Quelques photos de l’ouvrage peint

Escalier peint
Escalier peint
Escalier peint
Escalier peint
Limon intérieur - Arrivé sur le palier
Limon intérieur - Arrivé sur le palier
Limon extérieur - Arrivé sur le palier
Limon extérieur - Arrivé sur le palier
Limon intérieur - Arrivé sur le palier
Limon intérieur - Arrivé sur le palier
Fixation des marches
Fixation des marches
Le socle
Le socle
Départ de l'escalier
Départ de l’escalier
Limon extérieur - Pied
Limon extérieur - Pied
Limon extérieur - Pied
Limon extérieur - Pied
Limon intérieur- Pied
Limon intérieur- Pied
Limon intérieur- Pied
Limon intérieur- Pied
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le 2 mars 2014 à 12:18, par christian

un escalier qui laisse rêveur

Je suis en train de parcourir la toile à la recherche d’idées pour un escalier métallique et je dois dire que celui-là ne laisse pas indifférent avec sa forme élégante et sa technicité hors du commun. Je le vois déjà trônant dans mon séjour telle une œuvre d’art laissant entrevoir à quelques mètres derrière un billard français tout aussi design et métallique que je viens également de repérer sur le web. (du coup j’ai changé les plans de mon aménagement intérieur pour supprimer un mur qui aurait cassé la perspective de l’escalier).
Ce type d’escalier est-il commercialisé et si oui, à quelles conditions financières et à qui peut-on s’adresser ?
Peut-être est-il au-dessus de mes moyens, mais ça m’aura au moins permis de rêver un peu.
Bravo encore !

Le 19 octobre 2012 à 19:04, par Poitevin jacques

Un escalier

Salut Etienne, je viens de mettre en ligne sur le blog de "l’echo de l’enclume" l’adresse de ton site pour que nos targettes sur le tour et à l’étranger puissent découvrir le superbe travail que tu réalises sur ton blog.
Info, pour accéder au blog de l’écho de l’enclume : tapes echo de l’enclume sur ton moteur de recherche.
Jacques

Le 16 octobre 2012 à 14:57, par Radjou l’Alsacien

Fréro

Salut frangin, tu m’as reconu j’espere. ca fait plaisir de voir de beau ouvrages. en ce moment je suis a Mayotte reçois mon salut fraternel et compagnonique

Le 15 mai 2012 à 12:27, par vince

Un escalier

bonjour, etant artisan serrurier et surtout dans les escaliers, je dis bravo , cette piece unique revéle une maitrise parfaite, chapeaux....

Le 25 mars 2012 à 22:27, par manu

Un escalier

extraordinaire ! ça laisse reveur

Le 15 mars 2012 à 14:11

Un escalier

Architecte d’Intérieur depuis 30 ans , je vous félicite pour cette réalisation. Bel avenir
Najib
Tanger Maroc

Le 29 février 2012 à 21:55, par Aurélie

Un escalier

Trop bien il est super beau.
Les explications sont très intéressantes, avec un peu de chance elles vont m’aider pour mon BTS car moi aussi j’ai un escalier débillardé à expliquer par croquis tecnique, faire les calculs.... la totale quoi sauf qu’il y a une chose qui me dégoutte c’est que j’ai pas autant de temps à consacrer car on a d’autres pièces de l’appartement à traiter
voilà, mais ça va se faire je pense.....!
j’espère
Chaos
Aurélie

Le 27 décembre 2011 à 11:57

Un escalier

CHAPEAU BAS pour votre réalisation. J’ai pu voir cet escalier àla Maison des Compagnons de MUIZON. En effet, notre fils est aspirant-compagnon mécanicien.. Il prépare le BAC PRO pour juin 2012 et si tout va bien partira lui aussi sur son Tour de France...
Je tenais àvous dire que vous avez fait un travail exceptionnel, merveilleux, et encore félicitations pour celui-ci.
BRAVO et COURAGE àtous les jeunes gens ou filles qui entrent dans la Grande Maison des Compagnons. Cela ne sera toujours facile, mais il faut s’accrocher, car ce que vous y apprendre est d’une certaine façon EXCEPTIONNEL...........
Courage pour les nouveaux, BRAVO àceux qui font leur Tour de France, MERCI aux Anciens qui par leurs expériences continuent la formation et l’apprentissage auprès des jeunes.
Et comme le dire si bien la devise : "Ni se servir, Ni s’asservir mais SERVIR".

Le 29 août 2011 à 18:42, par Carré olivier

Un escalier qui a de la gueule.

Bonjour j ai déjà vu ton escalier car j ai visité la maison des compagnons de Muizon il y a quelques années. J avais été scotché. j ai deux questions . RHINO est il lourd a utiliser, et le didacticiel est il assez complet. Etant chaudronnier, je salut par un chapeau bas. Pourrais tu me contacter par mail s’il te plait.
Olivier Carré à Cambrai

Le 17 août 2011 à 17:56

limon triangulaire

actuellement sur un projet de limon triangulaire débillardé
aurais tu des conseils pour parvenir à le développer !!!
magnifique ouvrage encore ,respect.

Le 11 juillet 2011 à 14:50, par BENJAMIN

Tout esthetique escalier sculpté !!!

félicitations pour la conception et la réalisation de cet escalier design !!!!!
merci car je considère que c’est une oeuvre au même titre qu’une sculpture.
Benjamin TOULON

Le 21 juin 2011 à 11:45, par Bourguignon CCCDD

Un escalier.... non, Un Chef d’Oeuvre !

Bravo pays pour ton chef d’oeuvre !

Je recherche des infos sur les escaliers débillardés, et j’ai trouvé tes explications sur le développement des surfaces complexes très bien faites.

Félicitation pour l’escalier, mais également pour tous le travail pédagogique que tu as réalisé sur cette page.

Le 24 avril 2011 à 19:28, par gunther

Un escalier

Bonjour,

Je me mets à la 3D et je souhaite savoir si solidworks est capable de développer les tôles comme rhino ?

En tous cas, ton travail est vraiment de qualité. Outre la prformance technique, je fellicite l’appèciation décorative ! C’est une oeuvre d’Art.

Fellicitation !

Le 30 janvier 2011 à 10:00

Un escalier façon compagnon

respect pays a tu terminer ton tour de france. En tout cas tu peux t en felliciter.Je commence pour ma part l aventure au prés des compagnons en tant que charpentier et sa fait plaisir de voir tout ces chez d oeuvre et ces passions

cordialement jocelyn

Le 18 janvier 2011 à 15:41, par l’outre des plaines

pfffff !!

je suis actuellement en stage de perfectionnement au centre de formation de Muizon, et que trouve ton dans la salle de détente !!!! Ce gros casse tète rouge et gris !!!
monsieur vous êtes un grand malade !!

Bravo

Le 9 octobre 2009 à 08:40, par Etienne Canuel

Un escalier

Merci beaucoup pour tout ces mots d’encouragement, je vais essayer de répondre aux trois dernier message.
Cet escalier n’a pas vraiment de prix, c’est une maquette à l’échelle 1/2. C’est la conclusion d’un Tour de France de 5 ans chez les Compagnons du Devoir. On peut comparer ça à une thèse pour un doctorant. Il y a, au total, 550 heures de travail réparti en : 150 heures de dessin-conception et 400 heures de fabrication. Toutes ces heures ont été faites hors temps en entreprise mais je pense qu’aujourd’hui je mettrais deux fois moins de temps pour réaliser cet ouvrage. Cette pièce est terminée, il n’y aura pas de rampe et elle n’est pas prévue dans la conception. Si vous avez des questions sur la conception, le traçage ou la fabrication, n’hésitez pas à me contacter. Et si vous voulez vous lancer dans la fabrication, je ne ferais que vous y encourager. Pour les rampes en tube rond débillardée, j’ai fait une petite recherche sur le sujet il y a quelques années. Le résultat se trouve sur cette page Débillarder un tube rond. Les détails pour arriver à ces équations seront présentée quand j’aurai un peu plus de temps.

Le 8 octobre 2009 à 18:38, par ronan

Un escalier, oui mais quel escalier !!

Bonsoir,
en cherchant une formule mathémathique pour une MC débillardée en tube ( rond qui plus est), je tombe sur ce reportage... RESPECT !!!
Combien d’heures de traçage, d’essai, de reprise, de prise de tête, d’assemblage par vissage pour certains éléments, finition à la lime pour d’autres. Très belle carte de visite ou pour un CV.
BRAVO, pour ma part je retourne à mon abécédaire.
PS A quant la rampe qui va avec ???

Le 7 octobre 2009 à 22:24, par TD

Un escalier

bonsoir je tombe par hazard sur ce site...!! je suis menuisier et commence à délirer avec qlq escaliers bois et métal, mais là un GRAND RESPECT pour cet objet d’art. juste pour rire : combien d’heure pour la conception et la réal ?
encore bravo c’est du tryès haute game et surtout qui sort vraiment de l’ordinaire si on peut dire. très bon délire, ne changer rien !

Le 6 octobre 2009 à 22:24, par marie c

Un escalier

BONSOIR QUEL EST LE TARIF DE CETTE ESCALIER

CORDIALEMENT MARIE C

Le 6 septembre 2008 à 08:43, par Bernard 9387

Un escalier

A voir tout ce travail, l’amour du bien fait, la réflexion, le savoir faire, l’entraide et le soutien, montrent que le compagnonage n’est pas un mot galvaudé, et que tout ceux qui possèdent ce titre "Compagnon", sont l’élite de l’élite.
Respect et admiration !

Le 25 juin 2008 à 00:15, par pascal

Un escalier

je suis artisan dans la ferronnerie et je debute dans les escaliers ,quand je vois tous ce magnifique travail je me dis que j’ai du boulot !!et si il fallait vendre cette objet d’art et de technique combien cela couterais ? vue qu’aujourd’hui la main d’œuvre n’est pas donné !!
en tout les cas bravo pour cette ouvrage et d’avoir pris le temps de le fabriquer .
sincères salutations.

Le 22 février 2008 à 15:32, par he667

Un escalier

Magnifique ! Je reste bouche bée devant tant de maitrise technique ! Bravo sincèrement !

Sous licence : Creative Commons License

RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette